Inclusion

La rentrée scolaire 2019 est loin d’avoir été « pleinement inclusive » !
à paraître dans Carnets rouges
Quelques mois après la rentrée scolaire, le bilan de l’inclusion est loin de répondre aux promesses ministérielles du mois de juin. L’école ne dispose toujours pas des moyens nécessaires à la mise en œuvre de scolarités adaptées aux besoins qui seraient capable de garantir l’effectivité des apprentissages scolaires dans les perspectives d’une inclusion sociale et professionnelle.


Vouloir raisonner la scolarisation des enfants handicapés
Carnets Rouges, n°15, janvier 2019
« Que le droit à l’éducation constitue un droit absolu, sans limites, exige justement que nous soyons capables de réfléchir celles de l’inclusion. A défaut de quoi nous prendrions le risque de renoncer à l’effectivité de l’éducation pour satisfaire une idéologie irraisonnable de l’inclusion. »


Pour une inclusion raisonnée
revue du CERFOP, n°31, novembre 2016
« Sans doute, quelques-uns accuseront cet article de freiner l’élan avec lequel notre société affirme sa volonté de lutter contre l’exclusion. Peut-être même l’accuseront ils de porter des idées réactionnaires et ségrégatives. Ils se trompent : il n’a d’autre volonté que celles d’une lutte pour l’égalité. Il interroge seulement l’idéalisme des discours pour lui préférer le matérialisme d’une action sociale mesurée à l’aune de la réalité de ses effets. Et c’est pour cela qu’il ne peut suffire de décréter l’inclusion et que nous devons la raisonner. »


Pour une inclusion raisonnée
Psychologie et éducation, 2015-2, juin 2015
Intervention au Forum des RASED
« L’inclusion raisonnée est la condition de l’accès à l’égalité citoyenne. Elle refuse l’analyse binaire qui décréterait qu’il faudrait choisir entre inclusion et exclusion parce qu’elle affirme la nécessité de construire, dans la réflexion commune des professionnels et des parents, le parcours le mieux adapté possible aux besoins réels, quitte à ce que parcours doive faire le choix de différer ou de réduire l’inclusion scolaire. Et cela pour faire des choix guidés par les finalités et ne pas se contenter de nourrir des illusions en cédant aux demandes immédiates. Cela demande des moyens capables de répondre aux besoins éducatifs et thérapeutiques, cela demande des personnels d’accompagnement formés et plus nombreux. Cela demande un véritable investissement dans la formation des enseignants. »