Finalités de l’école

La question des inégalités scolaires : y a-t-il une fatalité ?
Intervention aux Rencontres de l’Éducation du CIDEFE, Montreuil (93), 23 octobre 2018
 » […] Il n’est donc pas question de renoncer mais de comprendre que sans cesse, l’école se trouvera confrontée à ce dilemme : constater son impuissance au sein d’un ordre économique où la domination des classes privilégiées ne cesse de s’accroître mais aussi porter l’espoir de la force émancipatrice de la connaissance et de la culture commune et ainsi vouloir que l’école soit le ferment d’un changement des conditions sociales et porte l’espoir d’une transformation égalitaire. »


Émanciper par la culture et les savoirs
Carnets rouges, n°13, mai 2018
La vision d’une école capable de construire une société égalitaire par la démocratisation des savoirs et de la culture commune pourrait passer pour une illusion impuissante face au constat d’une fonction scolaire dominatrice et reproductrice, servant essentiellement la conservation d’un ordre social et la valorisation du capital culturel dominant. Même si nous ne pouvons évidemment pas prétendre le faire hors des normes culturelles dominantes, nous ne devons cependant pas renoncer aux perspectives émancipatrices de l’école en défendant la capacité de chacun à construire une pensée, à élaborer une représentation du monde forgée par la connaissance, à faire usage d’une raison critique capable de questionner les préjugés.


Éduquer à la liberté, à l’égalité, à la fraternité
Regards Croisés n°23, septembre 2017
Pour un collégien vivant dans une banlieue pauvre, la valeur républicaine d’égalité s’inscrit trop souvent dans le doute, l’inquiétude ou le sentiment d’injustice. Quelles certitudes pourraient le convaincre du contrat social, pourraient le résoudre à renoncer à sa liberté absolue et à son strict intérêt individuel pour leur préférer les devoirs d’une communauté politique capable de garantir les droits qui naissent de ces devoirs ?


Les leurres de la bienveillance
avec Christine PASSERIEUX
Carnets Rouges n°10, mai 2017
L’éducation positive ne se préoccupe guère de la compétence didactique. Elle feint d’ignorer que la difficulté d’un élève à apprendre ne peut s’expliquer par le seul fait d’une estime de soi insuffisante. Non pas que l’apprentissage ne s’inscrive pas aussi dans des processus psychologiques mais qu’il reste avant tout une élaboration intellectuelle. Or la bienveil- lance du maître ne peut y suffire. Qu’elle constitue une condition favorable, ne lui permet en rien de faire l’économie de l’essentiel, c’est-à-dire de la construction didactique de la situation d’apprentissage. À défaut, la plus généreuse des bienveillances ne peut rien face à une difficulté résistante. Et répéter à un élève que vous le croyez capable de réussir sans lui donner la possibilité effective de cette réussite ne peut apparaître que comme le pire des paradoxes d’une volonté de bienveillance.


Méfions-nous de l’usage si répandu de la notion de bienveillance…
Intervention en stage FSU, Bordeaux, 14 octobre 2014
« Je n’ai pas l’intention ici de contester que la qualité de la relation avec les élèves soit un objet de travail nécessaire et une condition de leur réussite. Je ne nierai pas non plus que la réflexion et la formation soient indispensables pour améliorer certaines pratiques professionnelles insuffisamment préoccupées de ces questions. Je voudrais juste interroger l’émergence subite et omniprésente de ce concept de bienveillance »


Dialectique de la liberté pédagogique et de l’intérêt général
Carnets Rouges, n°7, juin 2016
C’est dans une vision dialectique qu’il faut chercher à trouver les équilibres, non pas dans la fixation d’une frontière de la liberté enseignante mais dans la reconnaissance que cette question ne peut procéder que d’un jeu dynamique dans lequel les acteurs, y compris en fonction de leurs rôles institutionnels spécifiques, recherchent en permanence l’équilibre entre liberté pédagogique et intérêt général.


En finir avec le pédagogisme?
Jean-Michel Blanquer annonce vouloir en finir avec le pédagogisme. Pour quelqu’un qui avait annoncé vouloir transcender les clivages stériles, la période de volonté conciliatrice aura été bien courte. Car l’opposition binaire qui enjoint aux enseignants de se ranger soit du côté des « pédagogiques », soit du côté des « républicains » est une opposition stérile.


A qui profite le discours outrancier sur l’école?
A propos du livre de Carole BARJON : Qui sont les assassins de l’école?
Mediapart, 24 septembre 2016
La dualité entre le laxisme pédagogique et le conservatisme républicain est une invention de polémistes qui ne permet en rien de comprendre les enjeux des débats de politique scolaire, parce qu’elle les enferme dans leurs extrémités idéologiques sans être aucunement capable de rendre compte de l’immense complexité des conceptions enseignantes et de sa conséquence sur les pratiques professionnelles.


Les fantasmes d’une éducation spontanée par les désordres de la vraie vie
Une image diffusée, depuis quelques jours, sur les réseaux sociaux pour dénoncer les écarts entre l’ordre scolaire des disciplines et la « vraie vie » : l’école y est représentée par une image d’ordre : tout est classé, rien ne se mélange, rien ne déborde. La vie au contraire éclate de mélanges, de débordements, de dégoulinures. La vraie vie, quoi!


Se méfier des mythologies de l’éducation positive
Éducation positive, discipline positive, évaluation positive … La positivité envahit le discours pédagogique enjoignant à l’école une mission de réussite heureuse basée sur la bienveillance, l’harmonie des relations et le bonheur des apprentissages.

Numérique

Peut-on enjoindre aux enseignants d’innover ?
Inspecteur aujourd’hui n°102 , décembre 2017
L’innovation est désormais affirmée par beaucoup comme une nécessité qualitative du travail enseignant et une condition indispensable pour en assurer le progrès. Pourtant rien ne montre que l’innovation soit systématiquement capable de porter la  réussite des élèves au point qu’elle fonderait la légitimité d’une injonction institutionnelle à innover.


La question du numérique à l’école doit rester une question didactique
Regards Croisés n°22, juin 2017
D’aucuns, considérant que le numérique porterait en soi les vertus d’une efficacité intangible, voudraient le considérer comme l’opportunité fondamentale d’une meilleure démocratisation des savoirs. Douter que cette opportunité puisse porter un changement de paradigme qui, par essence, faciliterait les apprentissages, ne peut évidemment être confondu avec une position de refus global qui condamnerait l’usage numérique à l’école. Mais pour autant constitue-t-il une révolution dont la nature nous contraindrait à remettre en question fondamentalement les conceptions de la transmission et de la construction des savoirs ?


Sorties de classe Apple
Pouvons-nous laisser une entreprise privée instrumentaliser les élèves du service public aux fins d’un intérêt commercial particulier?

Liberté pédagogique et obligations du fonctionnaire

Défendre la liberté pédagogique
Contrepied, Hors-Série n°25, octobre 2019, p.34-35
Revenir sur les fondements de la liberté pédagogique pour contester les tentations coercitives actuelles et leur substituer le respect de l’indépendance des savoirs et de la professionnalisé des enseignants 


Des finalités ambiguës de l’exemplarité dans l’article 1 de la loi Blanquer
Carnets Rouges n°17, octobre 2019 
L’article premier de la loi pour l’école de la confiance a introduit l’exigence d’exemplarité des enseignants comme un principe du Code de l’Éducation. D’aucuns pourraient considérer que cette exigence ne procède que d’un élémentaire bon sens, l’éducateur devant donner l’exemple des valeurs qu’il cherche à transmettre. Mais peut-on croire que la seule intention de cet article soit de légiférer un principe éducatif ?


Dialectique de la liberté pédagogique et de l’intérêt général
Carnets Rouges, n°7, juin 2016
C’est dans une vision dialectique qu’il faut chercher à trouver les équilibres, non pas dans la fixation d’une frontière de la liberté enseignante mais dans la reconnaissance que cette question ne peut procéder que d’un jeu dynamique dans lequel les acteurs, y compris en fonction de leurs rôles institutionnels spécifiques, recherchent en permanence l’équilibre entre liberté pédagogique et intérêt général. 


Ne contraignons pas les enseignants à une interdisciplinarité prescrite (interview)
Le Monde, La lettre de l’Éducation, juin 2016
A propos de l’opposition à la réforme du collège


Loyauté
Inspecteur aujourd’hui, n°72, juin 2010
La loyauté est désormais un terme d’usage fréquent pour qualifier ce que doivent être les relations hiérarchiques. Son emploi reste cependant très équivoque.


Les obligations des fonctionnaires sont motivées par l’égalité
Mediapart, 23 décembre 2018
Il est plus que jamais nécessaire d’aider les agents à garantir leurs droits car ceux qui affirment que l’existence de l’obligation de réserve suffirait à justifier toute contrainte hiérarchique réduisant le droit d’opinion des fonctionnaires commettent un abus de pouvoir.


Obligation de réserve : la retenue n’est pas le silence
Médiapart, 17 décembre 2018
Une vision dialectique des droits et des obligations du fonctionnaire est une garantie démocratique. Dans l’éducation, elle protège les élèves d’une volonté politique ou idéologique qui instrumentaliserait l’école. C’est pour cela que l’obligation de réserve ne doit jamais confondre la retenue et le silence.


Peut-on enjoindre aux enseignants d’innover ?
Inspecteur aujourd’hui n°102 , décembre 2017
L’innovation est désormais affirmée par beaucoup comme une nécessité qualitative du travail enseignant et une condition indispensable pour en assurer le progrès. Pourtant rien ne montre que l’innovation soit systématiquement capable de porter la  réussite des élèves au point qu’elle fonderait la légitimité d’une injonction institutionnelle à innover.


Droits et obligations des fonctionnaires :
revendiquer la liberté légale d’expression

Mediapart, 14 août 2017
De récents débats sur les réseaux sociaux et quelques articles dans la presse spécialisée ont soulevé à nouveau la question des obligations des fonctionnaires quant à leur expression publique sur les blogs et les réseaux sociaux. Si certaines réactions font preuve d’une recherche objective du droit, d’autres témoignent de confusions que ce billet tente de dissiper.


La démocratie suppose-elle une obéissance du fonctionnaire?
Mediapart, 30 avril 2017
En réaction aux propos du Front national sur la question.

 

Apprendre à lire, à parler, à écrire…

Programmes « Agir pour l’école » : seul le doute devrait s’imposer !
non publié, juin 2018
Le ministère affirme désormais que les programmes d’Agir pour l’Ecole « divisent la difficulté scolaire par deux » mais la réalité de leurs effets est pourtant bien différente. Si les études ont montré que la méthode parvenait à renforcer les compétences spécifiques sur les habiletés qu’elle entraînait intensivement, aucune recherche scientifique n’a jamais établi qu’elle ait un effet bénéfique à terme sur la compétence de lecture. Une bonne raison de ne pas accepter d’être contraints à les mettre en oeuvre.


Prédicat : démocratiser la maîtrise de la langue n’est pas un problème de catégorisation grammaticale
Carnets Rouges n°10, mai 2017
La polémique qui a cru pouvoir juger de la qualité de l’enseignement de la langue française autour de la question du prédicat est révélatrice des difficultés que nous rencontrons lorsqu’il s’agit de penser l’enseignement de la gram- maire dans un pays où les réactions passionnelles sur le sujet font souvent fi de la question essentielle, celle de la finalité de cet enseignement à l’école.


Mais qu’est-ce qu’apprendre à lire ?
Médiapart, 8 juillet 2018
Agir pour l’École assure que ses programmes intègrent le travail de la compréhension mais de quelle compréhension s’agit-il ?


Programme «Parler»: des enseignants témoignent
Médiapart, 2 mars 2018
La mise en œuvre des programmes «Parler» par l’association Agir pour l’École (APE) soulève de nombreux problèmes que la communication officielle continue à taire pour ne témoigner que de l’enthousiasme et de la réussite des élèves. La réalité est sensiblement différente. Des enseignants en témoignent.


Et si le ministre tirait les véritables leçons de PIRLS ?

PIRLS 2016 nous confirme, une fois de plus, que les difficultés de l’école française dans l’apprentissage de la lecture n’ont rien à voir avec la méthode globale et ne se résoudront pas dans une centration exclusive de l’activité d’enseignement sur les questions grapho-phonologiques.


Science et pédagogie : déformations et impostures (2)
« Agir pour l’école » et PARLER

Quand l’argument de la validation scientifique apparaît à nouveau comme une stratégie de communication pour défendre des choix idéologiques sans que réellement on puisse en tirer quelque conclusion que ce soit pour légitimer les méthodes prônées.


Science et pédagogie : déformations et impostures (1)
l’expérimentation Alvarez


Les évaluations CP : graves questions sur leur usage
Le ministère demande aux enseignants de CP de mettre en œuvre des évaluations nationales. Leur but est diagnostique et doit permettre aux enseignants d’organiser les apprentissages en fonction des besoins des élèves. Ces évaluations posent de multiples problèmes.


Pourquoi relancer les débats sur la lecture ?
Un récent séminaire à destination des inspecteurs a relancé les récurrents débats sur la place respective du code et du sens dans l’apprentissage de la lecture en insistant sur la maîtrise du code, au nom d’un retour nécessaire aux fondamentaux.


Les vérités de Céline Alvarez
Ce matin sur France Inter, Céline Alvarez en appelle à la révolution pédagogique, affirme que l’éducation n ‘est pas une question de moyens et continue à décrire son expérience en termes de réussite de tous les élèves ...

Quel avenir pour l’école maternelle?

Quand l’obligation scolaire renonce à sa finalité égalitaire…
Regards croisés, n°28, décembre 2018
L’histoire de l’obligation scolaire voit se succéder des enjeux de nature sensiblement différente au cours des XIXème et XXème siècles où la démocratisation de l’accès aux savoirs obéit tantôt à des motivations politiques de transformation sociale, tantôt à des préoccupations plus pragmatiques de gestion du système scolaire.
Mais où se situent les finalités de l’obligation voulue par Emmanuel Macron pour la rentrée 2019 ?


Transformer l’école maternelle? 
AOC [Analyse, Opinion, Critique], 3 juillet 2018
https://aoc.media

Alors que s’ouvre à Nancy le Congrès de l’AGEEM ( l’Association générale des enseignants des écoles et classes maternelles publiques), le rôle dévolu à l’école maternelle reste l’objet de vifs débats. Derrière le volontarisme affiché du ministre de l’Éducation nationale, l’instrumentalisation de la fausse querelle entre «socialisation» et «apprentissage» empêche une véritable réforme.


École maternelle : sérieux doutes au lendemain des assises…
A en croire notre ministre, il y aurait eu au travers de ces assises un moment historique, une prise de conscience que l’école maternelle « ne doit pas opposer épanouissement et connaissances ». Mais qui aujourd’hui défend une telle opposition ?
En tout cas, pas les programmes de 2015 dont il est évident qu’ils sont fondés sur cette double préoccupation de l’adaptation aux jeunes enfants (et des volontés d’accueil, d’accompagnement, de réponse aux besoins, de mise en valeur qu’elles présument) et de la mise en œuvre d’apprentissages (et des ambitions intellectuelles comme des mises en œuvre didactiques qu’elles supposent).


Un nouvel âge pour la maternelle?
Médiapart, 23 mars 2018
France Stratégie propose la fin de l’école maternelle.


De la pertinence de la scolarisation à deux ans…
Médiapart, 11 février 2018
Pour le ministre de l’Éducation nationale, l’école pour les deux ans n’est pas une solution pertinente…  Faut-il se ranger derrière cet avis qu’il prétend fondé sur le pragmatisme ?


Cyrulnik et la maternelle…
Petite exégèse d’une interview parue dans Ouest France, le 6/01/2018


Science et pédagogie : déformations et impostures (1)
l’expérimentation Alvarez
La prétendue assise scientifique de la méthode Alvarez ne repose que sur les ambiguïtés entretenues de ses discours. À un tel degré de persévérance de l’ambiguïté, y compris en constatant ses effets sur les discours journalistiques, on ne peut croire raisonnablement qu’il s’agisse d’une erreur. Il n’est pas exagéré de parler d’imposture.


Montessori : fer de lance de la marchandisation du service public d’éducation
Le ministère laissera-t-il les académies mettre en oeuvre une opération qui livrera la formation des enseignants et la préconisation pédagogique au secteur marchand?


Les vérités de Céline Alvarez
Médiapart, Ce matin sur France Inter, Céline Alvarez en appelle à la révolution pédagogique, affirme que l’éducation n ‘est pas une question de moyens et continue à décrire son expérience en termes de réussite de tous les élèves ...